Accueil
Belgique
Ecosse
France
Irlande
Pays de Galles

Notice
Histoire
Rôle(s)
Catégories
Liens
GpsPasSion
Versions

Bibliographie

Gargantua
Les Fées



 France - Site de La Roche Martine [DRMART]

ID

DRMART

TypePierres Druidiques
Intérêt4 / 5
NomSite de La Roche Martine
CommuneConnangles
Ville procheBrioude
DépartementHaute-Loire

PositionN45.28769 E3.61889 LAT LON DEG II (prise sur carte 1:25.000) Lambert IIE : 700 619,2 032 729

 



Google Earth
 
Téléchargement du fichier GPS au format GPS XML, TomTom OV2, ou CSV du site et de ses éventuels points d'accès

CommentaireEnsemble rocheux naturel ou en partie assemblé d'environ 6 m de haut sur 12 de large, sur 7-8 m de large. Au sommet du Rocher dit de la Roche Martine se trouve une entaille profonde en forme de cuillère, entouré de diverses cupules discrètes... Au sommet également, deux énormes pierres se tenant en équilibre en forme de V renversé. En arrière de la Roche Martine proprement dite se trouve à environ 2-300m, sous des feuilles un gros talus formé de pierres plates superposées, semi verticalement et dont la forme générale finit en forme de pointe( en forme de feuille)... Plus haut dans les hauteurs (à 5-800m) des murets zigzaguent (en forme de Z).

A proximité, se trouvent les ruines d'un ancien prieuré Bénédictin, (ruiné au XVIIe siècle, datant du XIIe) et probablement les traces d'une ancienne voie romaine, devenue 'chemin forestier'...

Une légende concernant la roche Martine dit que St Robert (fondateur du monastère de La Chaise-Dieu -Haute-Loire- en 1043), aurait lancé une hache depuis la Roche Martine, qui serait tombée à l'emplacement de l'Abbatiale actuelle. Ainsi aurait été choisit le site du futur monastère.



Nous reproduisons ici un entrefilet publié par M. Ulysse Rouchon, dans le Journal des Débats du 14 décembre 1911:

« Une légende en vogue dans le pays rapporte que Saint Robert, en quittant Brioude en quête d'un lieu où il pût vivre dans la solitude et fonder son monastère, mais indécis entre les montagnes de Berbezit, il se banda les yeux et, pirouettant sur lui-même, lança avec force un marteau qu'il tenait de la main droite. Le marteau tomba sur le plateau où est aujourd'hui La Chaise-Dieu. On montre encore à Connangles, à 800 mètres environ de la route de La Chaise-Dieu à Frugières-le-Pin, la roche au pied de laquelle on assure que dormit Saint Robert. Or, il se trouve que cette pierre rappelle aussi un souvenir de l'époque gauloise et une tradition remontant aux premiers siècles du christianisme. Le bloc isolé, aux dimensions énormes, porte des cavités en forme d'écuelles, et porte l'empreinte d'une cuiller à côté de l'une des écuelles. Les habitants du pays donnent le nom de berceau au bassin qui domine la pierre, aux cavités voisines celui d'écuelles, et à l'ensemble du mégalithe le nom de Roche-Martine: cette dernière appellation vient de ce que, à droite et à gauche du rocher jaillissent des fontaines d'eau vive guérissant des maux d'yeux, sans doute nom donné en souvenir du grand thaumaturge. »

Réalités:

Deux voies romaines se rejoignent à Proximité sur le Plateau de La Chaise-Dieu. Les romains réaménageaient en général des voies plus anciennes, sauf besoins particuliers.

Les écuelles décrites dans la légende sont en réalité de petites cupules de 5 à 8 cm de diamètre. On note aussi des stries convergentes au dessus de la forme dite 'écuelle', qui se rapproche d’une forme de corps simplifié d'environ 2m de long. Ces marques diverses sont situées au surplomb des rochers principaux, de 6m de haut.

Des amas rocheux désordonnés au pied du rocher principal contrastent avec l’ordonnance présente plus haut.

Le site dit “du rocher du diable” (voir sur ce même site) est situé à peu de kilomètres de là et depuis ce point de vue se découvre le Puy-de-Dôme au loin.

Je rappelle que les sites dits mégalithiques sont tous pré-celtiques, donc antérieurs à la présence des celtes (invasions de -700 à -400 environ en Europe, alors que les sites mégalithiques sont datés d’environ -6000 à -2000 pour les plus récents). Celtes qui ont par contre eu le mérite de perpétuer les rites plus anciens, et sans détruire les sites précédents, ce qui n’a pas toujours été le cas par la suite.

Le prieuré chrétien installé plus haut et dont il reste surtout un très long mur de délimitation était un “Celles” (petit site comprenant de 2 à 4 moines au maximum) d'obédience Casadéenne.

La source principale aurait été canalisée par ces moines. Le Celles fut détruit durant les guerres de religions.

Ce que la légende suggère est qu’il existe un lien entre ce site et le choix du futur fondateur de La Chaise-Dieu d’installer son monastère à proximité. La plupart du temps les Casadéens ont érigés leurs sites à partir de sites religieux plus anciens et ruinés durant les grandes invasions, par soucis d’économie, entre autres...


Mot(s) clef(s)Légende

Photo(s)

Fiche visitée 3009 fois
© 2004-2019 T4T35 - Version du 4 février 2019 9:11 - Email : T4T35